Experience AMP

 

Histoires d’Alpenchallenge AMP

Rencontrez Geffen, Michael et Scott. Trois cyclistes différents qui partagent un intérêt commun: exploiter au maximum le temps qui leur est donné pour pédaler dans leurs vies quotidiennes très occupées. Trois cyclistes en mouvement sur trois terrains différents, mais unis par un vélo: l’Alpenchallenge AMP. Voici leurs histoires.

City

Geffen Yoeli-Rimmer arrive au pub Kiln Cafe & Ceramics, pose son Alpenchallenge AMP City contre le mur orné de triangles jaunes bien connu sur Instagram et sort un imposant trousseau de clés. La ligne entre le travail de la restauratrice et sa vie privée est difficile à tracer.

«Quand je repense à l’année dernière, je suis sidérée. Il y avait tant de travail ; certains jours j’étais si fatiguée au soir que j’en aurais pleuré sur le chemin du retour. Me sentir incapable de monter mon vieux vélo de ville en haut de cette dernière colline m’a fait basculer. C’est là que j’ai compris que j’avais besoin de trouver une nouvelle façon de me déplacer dans Newcastle, transformant ces trajets quotidiens en temps pour moi.»

Elle nous emmène sur son itinéraire vélo, nous montrant les raccourcis et les ruelles cachées, ainsi que quelques détours rapides par des marchés aux légumes et des torréfacteurs locaux. L’aidant à se sentir en paix avec elle-même, son vélo lui permet de parcourir la ville deux fois par jour et d’aller promener son chien. Sans le vélo, une grande part de sa nouvelle routine quotidienne serait impossible.

«Newcastle est petite et vallonnée, avec beaucoup de petites ruelles historiques, mais il y a un manque criant de transports publics. C’est comme si cela avait été fait pour rouler. L’Alpenchallenge AMP City a renouvelé mon amour pour la ville et ses merveilles cachées.»

Geffen réussit à faire avancer les choses, faisant face aux défis du quotidien tout en gardant le sourire sur la route et en trouvant du précieux temps pour elle, appréciant la vie urbaine autour de Kiln.

Alpenchallenge AMP City

Sport

Ce n’est pas facile de comprendre comment le vélo est devenu la passion d’une vie pour le producteur de films de Barcelone Michael Nouri.

Une banale livraison à vélo sur un tournage l’a lancé dans les affaires. Depuis cette opportunité, il a gravi les échelons petit à petit et gère désormais des tournages à gros budgets pour des prestigieux clients. Cependant, le succès dans sa carrière de choix a amené avec lui la contrainte des responsabilités pour des projets sous pression et d’un business à pérenniser.

«C’est en partie ce qui m’a conduit sur l’Alpenchallenge AMP Sport. Ce fut le réveil quand Strava m’a notifié que j’avais uniquement roulé 212 km sur 12 semaines. Et l’excuse du mauvais temps n’est même pas valable vu que je vis à Barcelone. Cela m’a atteint, comme j’avais auparavant l’habitude de rouler cette distance en une semaine – non, même en un jour ou deux.»

Depuis, il a certainement parcouru ces distances, sur ses trips annuels avec l’association de charité FireFlies, traversant les Alpes entières jusque Cannes pour le Cannes Lions Festival of Creativity. Cela lui a pris un moment avant de boucler ce parcours pour la première fois, avec son temps et son attention monopolisés sur d’autres projets, entre ses voyages à travers l’Europe pour son travail et un séjour à Majorque – où il a redécouvert son amour pour le vélo.

L’amour de Michael pour le vélo est visible dans tous les recoins de son appartement à Barcelone : cadres d’exception, dossards de course, posters et autres souvenirs décorent les murs.

«Je suis toujours à la recherche de nouveaux endroits où rouler. Sur un vélo, vous développez une nouvelle sensibilité aux paysages qui vous entourent. Maintenant que j’ai l’Alpenchallenge AMP Sport, j’ai le luxe de pouvoir découvrir de nouveaux terrains de jeu plus loin, tout en continuant de m’entraîner sérieusement. Je me dois d’être très flexible dans mes horaires de travail, alors j’essaye de prendre soin de moi avant tout. Se lever tôt et ne rien laisser gâcher une bonne sortie à vélo ! En juillet, je vais participer à une nouvelle édition des FireFlies. Je pense que nous passerons au Passo dello Stelvio cette année.»

Alpenchallenge AMP Sport

Cross

Scott Cole n’est pas le cycliste moyen comme vous l’imaginez. Cet athlète d’endurance né en Californie vit et respire «aventure». Mais comme la plupart d’entre nous, la vie professionnelle et devenir papa ont mené à un nouvel équilibre de vie qui penche plus en faveur de la famille et du travail.

Tout en tenant dans ses bras Alma sa fille de 8 mois, Scott pense tout haut «La paternité est l’une des meilleures choses qui me soient arrivées». Karolin, sa femme – suédoise – et partenaire d’aventure, vient juste de partir courir. «Mais une partie de moi aspire toujours au genre d’aventures que je vivais par le passé. Je voudrais parfois à nouveau vivre des sorties à vélo d’une journée entière dans les Fjells suédois.»

«Forcément, Alma prend beaucoup de mon temps. C’est là que le Alpenchallenge AMP Cross fait vraiment des merveilles. Maintenant je peux faire une bien plus grande boucle dans un délai restreint et m’assurer un solide entraînement en aérobie tout en restant un père bien présent.»

«La nature est certainement la plus grande inspiration dans ma vie. C’est l’objectif de mon travail, mon choix de sports, et mon temps libre. C’est en partie ce pourquoi j’ai déménagé en Suède il y a 10 ans. Il y a ici bien plus de place que dans la très dense Californie du Sud», continue le sportif.

La femme de Scott est la première à admettre qu’elle fut surprise quand Scott a annoncé qu’il voulait un AMP, mais quand elle a vu son visage s’éclairer après la première sortie, tout ça a pris du sens. «La région où je vis n’est pas aussi montagneuse que des régions plus au nord, mais le moteur aide. Le terrain est très accidenté avec des pistes non-pavées et des sentiers forestiers. Un peu d’assistance dans les côtes aide à les passer et ensuite, lorsqu’on est de retour sur un terrain plat, monter au-delà de 25 km/h avec ma seule force est mon sentiment le plus libérateur.»

«D’un point de vue personnel, il n’y a rien de plus satisfaisant de savoir qu’il s’agit bien plus que d’une simple simple sortie à vélo – Si plus de gens échangeaient leur voiture pour un AMP, alors ils ne réduiraient pas seulement leur impact sur le climat mais ils amélioreraient aussi leur santé.» Alors que Karolin, la femme de Scott, revient de la forêt ; Alma lâche le doigt de Scott, comme pour lui donner la permission de partir. Scott serre le Boa de ses chaussures. Son moment pour l’aventure dans l’agenda de la famille est de retour.

Découvrez AMP